Vieillerie

Publié le par Cariboo

Une bonne vieillerie de mon époque JDR. L'époque où j'aimais faire des background épais, surtout lorsque je jouais sur des forums.

Transcrit ici rien que pour vous, un peu revue.


Il faisait froid ce soir encore. Jessica se demandait si elle partirai cette nuit, comme ses frères et soeurs avant elle... Manquerai plus que ça ! Et comment ferai son père pour tenir debout et préparer du feu dans ces gros bidons qui jonchent les rues ? Non, elle tiendrai jusqu'au bout... toujours... Ses yeux se fermèrent tandis qu'elle se blottissait près de son père, qui la prit dans ses bras pour qu'ils se réchauffent mutuellement dans le froid de l'hiver

[...]

Comment cela avait pu se passer ainsi ? Jessica, du haut de ses 8 ans bien tassés, n'arrivait pas à comprendre... tous ces cris qui lui avaient transpercés les tympans, ces lumières aveuglantes et clignotantes, rouges puis bleues puis rouges... et l'image de son père, emmené de force loin d'elle. Elle s'était cachée dans un cagette, et personne ne l'avait trouvée. Seulement maintenant, elle était toute seule. Toute seule et...

[...]

Son s'avançait dans les ruelles froides de ce quartier bidon-ville à l'américaine. Partout la crasse, la misère, le désespoir... L'odeur suintait presque sur les murs tant elle était forte.

Marchant dans un corps indéfini qui fit "floc" lorsqu'il en retira le pied, il cracha :

"Putain, quelle merde !"

Mais il n'avait pas de temps à perdre ici. Il le sentait proche, très proche. Depuis le temps que ce démon de bas étage lui filait entre les pattes... rares étaient les proies qui lui résistaient aussi longtemps. Mais sa fin était désormais proche, il ne pourrait en être autrement. Ce soir serait le soir de son exécution.

[...]

La douleur commençait à être insupportable, en plus du froid qui lui mordait les membres. Elle avait déjà vu des gens mourir de froid, et elle ne voulait pas finir pareil. Quelques larmes perlèrent sur ses joues tandis qu'elle lâchait un timide "Au secours".
Elle allait abandonner espoir et fit une dernière prière pour elle et son père. Une longue silhouette se profila alors dans la ruelle.

[...]

Son l'approchait de plus en plus, il le sentir frémir au plus profond de lui, le reniflait presque. Encore une rue ou deux, et il le trouverait, terré, horrifié en attendant sa propre mort. Oh, bien sûr il se débattrai, peut-être même qu'il l'affrontera de son mieux...

"Mais ce chien repartira pourrir en enfer !"

Un sourire mauvais se dessina sur son visage, lorsqu'il traversait la rue pour continuer sa route. Son ombre longiligne se dessinait sur un mur aux lumières des lampadaires, quand il se retrouva nez à nez devant une petite fille, les jambes coincées sous un morceau de tôle qui faisait près de 3 fois sa taille. Un escalier de secours avait apparemment été arraché de l'immeuble où il faisait office.

- C'est toi que je cherche ? demanda Son abruptement.
- S'il-vous-plaît Monsieur, aidez-moi, implora la petite.
- Et pour quelle raison, gamine ?

Jessica leva des yeux implorants vers lui. Les larmes recommençaient à monter.

- Comment t'appelles-tu ? demanda finalement Son
- J... Jessica.
- Très bien, Jessica, ne répète jamais à qui que ce soit ce que tu vas voir maintenant.

Elle acquiesça, et lui se mit à la tâche. Il ferma les yeux, se remémorant, ressentant les lois physique de ce monde. Puis il se mit à les transgresser, une par une.

Pour cette plaque de tôle, le centre de gravité se trouvera à l'autre extrémité des jambes de la petite.
De plus, son poids va diminuer.
Son n'avait pas vraiment le temps de faire des effets spectaculaire, comme faire tomber la plaque vers le ciel... Sa proie s'éloignait de lui...

- Ne crie pas, lança-t-il à Jessica.

La petite fille serra les dents tandis que l'étranger saisissait la plaque comme pour la soulever. Tandis qu'il forçait, la plaque bougea légèrement, pour se déloger bientôt complètement. Le douleur se fit insoutenable, et une fois la plaque décarcérer de ses jambes elle ne tarda pas à s'évanouir, tombant dans les bras de l'étranger.

- Dors bien petite, dit-il tandis qu'il la couvrait de sa veste.

La présence du démon qu'il chassait avait disparu. Ce n'est pas ce soir qu'il sera exécuté finalement...

[...]

La petite entrouvrit les yeux. Sa vision était floue; tout ce qu'elle sentait, c'était cette chaleur qui l'entourait, la même chaleur que celle de son père quand il la prenait dans ses bras au coin du feu le soir. Mais celle-ci était plus poignante, plus présente... Maintenant qu'elle reprenait un peu ses esprit, elle ressentait une douleur lancinante dans les jambes. Elle soupira, et ses yeux se refermèrent d'eux-même.

[...]

La fillette bougeait dans ses bras. Elle commençait à se réveiller. Tant mieux, pensait Son, je vais pouvoir m'en débarrasser plus vite. Puis, elle cessa de remuer, tout comme elle s'était réveillée. Il faudra donc la porter un peu plus longtemps, du moins jusqu'à un endroit avec un peu de passage.

Son cherchait un endroit plus calme pour pouvoir laisser l'enfant, quand soudain retentit une voix derrière lui.

"Alors tu étais là enfoiré !"

Calmement, Son stoppa son avance. Il n'avait pas été assez attentif, il n'avait pas ressenti quoi que ce soit autour de lui. Tout ça à cause de cette gamine aux jambes mutilées...

"Regarde espèce d'enculé !"

La voix était puissante, haineuse. Son déposa tranquillement la fille contre un mur, en faisant attention qu'elle ne puisse pas tomber.
Il se releva et s'appuya négligemment sur le mur. Ce dernier était plutôt petit, mais assez carré. De sa haute stature, Son releva une mèche de cheveux qui lui tombait sur les yeux, avec sa main gauche bandée. Ses yeux noirs dévisagèrent le démon qui lui faisait face.

"Tu es Daymdel je suppose."

L'autre, surpris qu'on l'appelle par son Nom, eut un instant de recul. Il toisa Son d'un regard mauvais, et cracha par terre tout en s'approchant.

"Je crois que tu n'auras pas le temps de répéter mon Nom à qui que ce soit mon vieux... Mange ça !" dit-il en lançant son poing sur Son.

Ce dernier esquiva, et s'écarta vivement. A présent éloigné, il se colla contre un autre mur de la rue.

"Alors tu me fais courir pendant des jours et finalement tu viens à moi ? Je pense très sincèrement que tu es un idiot."

Ce faisant, Son s'enfonça dans le mur, comme s'il n'avait été rien de plus qu'une motte de beurre. Il traversa alors la Barrière entre les mondes, et se retrouva dans la même rue, dans le Royaume des morts. Ceux-ci s'étaient d'ailleurs rassemblés, apparemment pour observer le combat. S'écartant un peu de l'attroupement, Son se concentra un instant, pour retrouver la présence de Daymdel.

Ce dernier n'avait pas encore eu le temps de réaliser ce qui s'était passé. Il se trouvait à 2 mètres environ de l'emplacement actuel de Son. Tout en gardant le lien avec sa proie, il se déplaça jusqu'à être derrière lui. Et il retraversa la Barrière.

De retour dans le monde des vivants, situé idéalement derrière le démon, Son donna du poing dans la nuque de son adversaire. Le temps que ce dernier comprenne, il avait déjà les cervical brisées.

"Maintenant j'en suis sûr, Da-ym-del, tu ES un idiot, ajouta-t-il en prononçant son Nom avec délectation."

Poussant un cri de rage, le démon se métamorphosa instantanément. Des cornes hideuses lui poussèrent sur le haut du crâne, tandis que des griffes ornaient désormais ses mains. Son corps se fit de cuir, suintant de miasmes aux relents assez odorants.

"Ha ha ha... Amuse toi enfoiré, tu rigoleras moins quand je te ferai bouffer tes dents !"

A une vitesse phénoménale, Daymdel chargea Son, les cornes visant son coeur. Et Son disparut une fois de plus, pour encore réapparaître dans le dos de son adversaire, lui lançant un coup de pied qui le jeta contre une des malchanceuses poubelle de la ruelle étroite. Un sourire au lèvres, il remonta ses manches, et se saisit d'un morceau de la poubelle qui avait explosé au contact du démon.

Daymdel chargea une fois de plus, tel un buffle. Son sauta, et lui coinça la tête entre 2 barreaux d'une échelle de secours qui avait eu la bonne idée d'être placée à cet endroit. S'agrippant de toutes ses forces aux barres latérales, il tira. La tête commençait à forcer vers l'arrière, faisant grincer ses cervicales déjà entamés, mais le démon tenait bon. Usant de ses pouvoirs démoniaques, Son rapprocha le centre de gravité de l'échelle vers lui, et l'alourdit au maximum.

Finalement, ses os commencèrent à réellement craquer. Poussant de ses pieds sur le dos de Daymdel, il dévissa enfin le cou de son adversaire dans un dernier effort. L'autre tomba à la renverse, et Son atterrit à côté de lui, l'échelle à la main. Dans un dernier râle, le démon lui dit :

"D... Dis moi... Qui es..."

Son ferma alors les yeux... Laissant sa forme angélique l'envahir, lui rappeler ses souvenirs d'avant la Déchéance. ses ailes, blanches et pures se libérèrent alors. Il rayonnait, irradiait la ruelle d'une clarté sans précédent dans ce quartier triste et crasseux . Saisissant les restes de l'échelle des 2 mains, il l'abattit alors sur la gorge du démon, en usant de son pouvoir sur la gravité pour augmenter l'impact de son coup. Ainsi mourut Daymdel.

"Tous mes voeux de bonheur en enfer, lui cracha-t-il"

Son travail terminé, il se retourna vers Jessica. Ses yeux troubles lui apprirent qu'elle allait mourir. Il allait partir quand il entendit dans un soufflement...

"Papa..."

Son coeur s'étreint. Son hôte devait avoir eu un enfant. Il s'approcha d'elle, et avança doucement sa main droite près de sa joue.

[...]

Un ange... Un ange l'avait touchée...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article