La loi de Murphy

Publié le par Cariboo

Vous connaissez la loi de Murphy ? Mais si, vous savez, celle qui dit que quand ça peut mal tourner, ça va mal tourner. Celle qui nous pourrit la vie, qui fait des petits tracas quotidiens des obstacles insurmontables.



Celle qui fait tomber la tartine du mauvais côté.
Celle qui fait sonner le téléphone au moindre contact d'une quelconque partie de votre corps avec l'eau délicieusement chaude et parfumée d'un bon bain.
Celle qui vous donne envie d'aller aux toilettes alors qu'il n'y en a forcément pas où vous vous trouvez.
Ou enfin celle qui vous fait faire une blague du genre ta mère à un type dont la mère est morte, justement. Malheureux, n'est-ce-pas ?

On a tous connu ces moments où tout semble s'acharner à nous faire péter les plombs, nous donnant envie de danser de la tecktonic nus dans la rue sur du Mireille Matthieu ou pire, de lire du Sartre. Mais ne tombez pas si bas, ça pourrait aller encore plus mal, la loi de Murphy ne connaît pas de limite.

Puisque c'est mon blog, je vais raconter un peu ma vie, évidemment trépidante à tous points de vue. Me voilà donc sorti de mon petit appartement (aaargh non le soleil, ma peau et mes yeux de geek enfermé vont brûler !!), non sans avoir pris la précaution de m'enduire d'écran total car contrairement à aux idées reçues, l'écran d'ordinateur ne prépare pas la peau à l'ensoleillement. Il est temps pour moi de refaire le stock de soda et de chips, éléments vitaux à ma survie. Après une aventure rocambolesque (impliquant des douaniers, un artichaut et un Monoprix) que je vous tairais pour préserver votre santé mentale, je ressors dudit magasin les bras (bien) chargés, oreillettes équipées et fier d'avoir accompli mon achat - ainsi que d'avoir participé à la croissance économique de mon pays.



J'entame alors une rapide remontée vers mon antre, m'engageant dans une rue dont la pente monte au moins à 80° (comment ça, j'exagère ?). Mais voilà, c'était sans compter sur les plans imparables de la loi de Murphy. Sur le chemin, non content d'être examiné de la tête au pied par tous les passants (oui, là où j'habite les gens se dévisagent comme les chiens se reniflent l'arrière-train, dans un souci de reconnaissance tribale), me voilà embarrassé non pas d'un, ni deux, mais de trois appels.
Il faut savoir que je reçois très peu de coups de fil en général. Pourquoi faut-il que ce soit en pleine rue, les bras pleins de courses ? Maudit karma.

Mais pourquoi t'as pas ignoré les appels, s'pèce de gros nain, me direz-vous.

Je répondrais que par un malheureux concours de circonstance, quand j'écoute de la musique sur mon téléphone et que celle-ci s'arrête pour laisser place à une sonnerie criarde, je me sens obligé de répondre. Surtout si cette sonnerie profite à toute la rue.

Murphy m'avait donc rattrapé. Un peu comme ce malencontreux accident avec une pinata dont j'attends toujours la décision de justice. Fichtre, c'est quand même elle qui m'avait chauffé la première !

Bon, comme je viens de faire un article sur ma life et absolument pas sur la loi de Murphy, je vous propose de vous informer en lisant le très sérieux article de Wikipedia à ce sujet, et pour les moins sérieux la superbe définition de la Désencyclopédie.

Changez pas vous êtes super !

Publié dans Foutoir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cec 25/09/2009 21:56


que d'aventures lol
merci pour ton aide sur le forum aide et design (où je n'arrive pas à répondre ce soir ... grrr), j'ai réussi à insérer le lien pour imprimer (bon il m'imprime toute la page, pas seulement
l'article mais c'est un bon début et j'en ai assez pour ce soir )
bon week end