Le mot du dimanche

Publié le par Cariboo

Voici venu le moment tant attendu, acclamé par les foules et reconnu par Benoît XVI comme d'utilité publique mondiale, le mot du dimanche !


Le mot que nous allons découvrir aujourd'hui est oligophrénie. Qu'est-ce que l'oligophrénie ? On peut la définir en terme médical par un retard mental assez important. C'est fou comme les termes scientifiques ça donne l'air important. On peut même dire que ça en jette. Mais alors, comment placer "oligophrénie" en plein conversation ? Il faut déjà compter sur l'ignorance de votre auditoire - comme à chaque mot du dimanche me direz-vous.

Mettons-nous en situation.

Vous êtes en froid avec votre patron / ami / tata / gel douche (mais là, il faut vraiment faire quelque chose, l'hygiène c'est primordial) et vous souhaitez lui faire comprendre à quel point c'est un idiot congénital, sans pour autant avoir à répondre de vos mots malheureux lorsque vous serez réconciliés (avec tout plein d'arc-en-ciel, et de bisounours sur fond de What a Wonderful World pour fêter ça). Profitez d'un moment de faiblesse de votre adversaire - car toute dispute est une guerre, une vraie, du genre qui fait des champignons atomiques sur les gens - pour lui balancer dans la face :

"T k 1 sal oligophrène 2 tte fasson lol"

Votre patron / ami / tata / gel douche (en plus si vous vous mettez à lui parler, c'est vraiment grave), ne saura que faire devant tant de culture, et une fois n'est pas coutume n'osera jamais vous avouer qu'il ne connaît pas le terme. Et s'il le fait (le fourbe, aucun amour propre !), profitez en pour en rajouter une couche bien épicée que vous aurez tiré des connaissances acquise sur Caribooland :

"Tu voi jte l avé di sal n1 ! T k1 népotiste procrastinateur." (TRIPLE COMBO FUCK YEAAAAH !!1)

L'autre n'aura plus qu'à se recoucher, et pleurer toutes les larmes de son corps face à son ignorance, et surtout de rage de s'être fait remettre en place par quelqu'un qui ne sait même pas écrire autrement qu'en SMS (ce qui n'est très certainement pas votre cas *lèche lèche*). Et comme la plupart du temps, personne n'est assez curieux pour aller se renseigner sur ce qu'il ne comprends pas, vous êtes à l'abri de représailles dans le futur.



Pas assez subtil peut-être ? Il y a d'autres méthodes pour faire passer votre perfidie en douce. Prenez quelqu'un que vous détestez en secret. Nous l'appellerons brosse à dent pour les besoins de cet article. Le but va être de le flatter un peu, tout en casant vos griefs. Oubliez donc les "Brosse à dent, je te hais !" et autres "Puisse ta descendance pourrir en Moldavie du sud-ouest !1". Prenez la brosse à dent dans le sens du poil, et susurrez-lui à l'oreille (attention, bac+3 spécialisation anatomie de brosse nécessaire pour en trouver l'emplacement) :

"Brosse à dent, tu fais preuve d'une oligophrénie à toute épreuve. Je suis vraiment impressionné."

Vous voilà devenu, en plus d'être indubitablement cultivé, raffiné. Oui, je vous expliquerais indubitable plus tard. En attendant, puisse la sagesse vous apporter bonheur et réconfort, et votre haine des brosses à dent s'apaiser (parce que j'osais pas vraiment le dire, mais ça sent un peu le fennec en décomposition dans le coin... je dis ça je dis rien hein...).


Publié dans Le mot du dimanche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article