Le mot du dimanche

Publié le par Cariboo

Nous y voilà enfin, l'instant qui illumine vos week-end quand ils sont mornes, qui vous repose quand ils sont trop agités, qui rend les dents blanches et le poil soyeux, j'ai la fierté de vous présenter le bien-nommé mot du dimanche !



Vous êtes vous déjà confronté à quelqu'un qui n'énonçait que les vérités bien établies ? Le genre de personne qui n'est pas effrayée de prononcer des choses évidentes telles que "l'eau ça mouille lol", ou encore "demain est un autre jour". En langage de forum de l'interweb du net, on appelle souvent ça un Captain Obvious, voir un Master of The Obvious dans les cas les plus avancés (un peu plus d'informations ici mais prenez garde à vos yeux, ce genre de lecture à une nette tendance à les faire fondre ou pire, leur faire voir à travers les vêtements féminins... attendez... j'ai dit pire ?).

Pour définir ce genre de personnes, notre belle langue française possède bien évidemment un mot (dans le cas contraire j'en ferais pas un article, suivez un peu). Et ce mot n'est pas "restant dégoût", ni "quart à vidange", ni "raaaah-retourne-jouer-dans-le-mixer-avec-tes-exemples-à-la-con", mais doxosophe. Un doxosophe est donc une personne qui, en plus de mériter amplement la pendaison haut et court (ou tout au moins une petite lapidation par des enfants désoeuvrés - ces chers bambins...), balance à tout va des doxologies. La doxologie étant l'énoncé d'un opinion communément admise.


Un bon exemple de sera de dire : "je conchie la politique". Car tout le monde conchie la politique, même si c'est un peu crade et qu'il en reste forcément sur les mains et sous les ongles après (étant un grand conchieur je vous conseille d'ailleurs le savon de Marseille, très efficace pour nettoyer les moindres recoins, en plus ça vous laisse une peau douce et tendre à faire baver un zombi). Un autre bon exemple est "Caribooland, c'est génial", car tout le monde aime Caribooland... Les deux du fond qui viennent de rigoler, vous viendrez dans mon bureau à la fin de l'article pour un cours particulier sur l'anatomie de la batte de base-ball cloutée.

Mais alors, et je vous sens fébrile rien qu'à cette idée, comment placer "doxosophe" dans une conversation, pour assouvir votre besoin constant de briller en société par votre vocabulaire aussi large que le futur anus des deux du fond (qui rigolent déjà carrément moins) ? Une fois n'est pas coutume, je vous propose une petite mis en situation.

Vous venez de vous faire larguer comme une vieille chaussette (sachant que larguer réellement ses vieilles chaussettes, c'est mal - pensez un peu à leurs sentiments !), vous êtes déprimés, la vie devient insupportable pour vous, vous vous mettez à écouter des chansons tristes et à regarder Mimie Mathie sauver des vies dans Joséphine, Ange gardien. Bref, vous touchez le fond. C'est alors qu'un ami, certes bien intentionné mais totalement ignare, vous balance de bonnes vieilles paroles de réconfort bien bateau (voire paquebot selon les cas), au lieu de vous proposer de vraies solutions : manger du chocolat devant un film avec Meg Ryan pour les filles, ou aller se prendre une mine à faire frémir un Vietnamien pour les mecs.

"C'est pas grave, tu trouveras quelqu'un d'autre. T'es encore jeune. Ils/elles ne sont pas tous/toutes comme ça. Il/elle ne te méritait pas de toute façon."

Prenez alors une grande respiration entrecoupée de sanglot déchirants (vous venez de vous faire larguer, je vous le rappelle) et rétorquez lui tout de go :

"Fadaises ! Tu n'es qu'une insignifiante chiure de doxosophe !"

Vous serez alors instantanément libérés du poids de vos malheurs. Vu l'ambiguïté de la phrase et l'inculture probable de votre ami, ce dernier aura évidemment compris une insulte à base de mouche et ne vous en tiendra pas rigueur pour peu que vous vous soyez un peu entraîné à la technique dite des yeux de bambi. À vous le retour à la vie normale et à tout un tas d'autres histoires d'amour foireuses.


Voilà qui conclut ce mot du dimanche. J'espère que vous avez passé un bon moment durant les quelques minutes que vous avez passé ici. Et pour reprendre une maxime skybloggeuse bien connue, LACHE T COMZ LOOOOL !!!!!

Publié dans Le mot du dimanche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article