Les virus ont une sale tête

Publié le par Cariboo

Vous n'aurez pas manqué de remarquer qu'en ce moment, c'est la psychose complète sur la grippe A, qui peut (à en écouter les média) au choix : vous foudroyer sur place / faire moisir vos intestins / assassiner froidement votre descendance en hurlant à tue-tête "LOL NOOB !!1". Après la crise, il fallait forcément trouver un petit quelque chose pour nous mettre un peu les foies, on aurait pas compris sinon. Une bonne petite pandémie de derrière les fagots arrive donc à point nommé. Et avec elle, son lot de communications, affiches et autres joyeusetés. Et là, c'est le drame.



Vous avez remarqué comme les virus et autres maladies ont toujours un sale tête, des piques autour du corps que ne renierait aucun punk ou danseur de tecktonic, et une allure de vilain de film de série Z par rapport aux gentils anticorps blancs, roses, beaux, protecteurs même que si vous leur dessinez un coeur sur le ventre ça vous donne un bisounours. Mais si, c'est TF1 qui l'a dit. Souvent même. À commencer par l'une de ses nombreuses coupures pubs (correspondant comme vous le savez à de "la vente de temps de cerveau disponible").


Le champignon, habituellement coiffé d'un chapeau ressemble maintenant à un petit démon aux ongles pointus - non pas que les champignons sous les ongles aient forcément un chapeau, hein, mais c'est quand même souvent. Cette pub, en plus d'être ignoble avant un repas (bonjour les spaghettis bolognaise parmesan après avoir vu ça), nous prouve bien la stigmatisation intolérable faites aux virus en tous genres. Et pourtant, qui ne craquerais pas pour un superbe staphylocoque doré, responsable entre autres de diverses intoxications alimentaires (de celles qui vous font passer la journée aux toilettes à jouer à la DS - et oui, je sais, j'aime les parenthèses mais que voulez-vous on ne se débarrasse pas des mauvaises habitudes comme ça) ?

Des gens bien intentionnés ont déjà réfléchi à ce problème à ma place et ont décidé de redorer le blason de nos amis les virus, microbes et bêbêtes en tous genres. Vous pourrez ainsi trouver sur Giantmicrobes tout un tas de peluches qui pourront tenir compagnie à vos nuits les plus humides.



Comment ne pas fondre devant ce mignon petit virus Ébola ? En fait c'est assez simple, fondre étant une action très difficile à réaliser par soi-même. Un bon gros bain d'acide concentré ferait l'affaire, mais vous l'avouerez c'est peu commun d'avoir un gros bain d'acide à portée de main. Mais plutôt que de sombrer dans le sempiternel débat de la meilleure façon de se débarrasser d'un corps gênant, voyons plutôt les avantages à aimer les virus qui souffrent d'être mal aimés dans leurs petites cellules solitaires. Je vous propose donc une petite liste (car le geek aime les listes bien rangées) qui, je l'espère, saura vous convaincre que quand même, les virus ça roxxe du pâté :

  • Le virus vous aime

En effet, comment ne pas qualifier la façon qu'ils ont de s'insinuer en votre vous profond, de gentiment taquiner vos hormones, d'occuper vos pensées et vos toilettes (et accessoirement les murs de vos toilettes dans les cas les plus graves), de vous donner à la fois des frissons et des coups de chaleur incompréhensibles, comment appeler cela autrement que de l'amour ? En réalité, les virus sont des incompris. Ils vous aiment. Un peu comme les parents de Casimir qui lui prouvaient leur amour en le ligotant dans la cave pendant parfois plusieurs jours en invitant leur amis à lui jeter des cacahuètes et des morceaux de poulets pas finis. Pas étonnant qu'il devienne un lézard pédopornographe aguerri shooté aux acides et au gloubi-boulga par la suite.

  • Le virus, ça fait rester au lit

Et quoi de mieux que de glander toute la journée (voire toute une semaine) à renifler des gouttes et boire des sirops infects avec un cataplasme à la moutarde sur vos parties (les voies des remèdes de grand-mères sont souvent impénétrables), le tout devant les séries télés que vous aviez à rattraper, un bon bouquin ou tout un tas de jeux vidéo qui rendent fous-fous (du genre Pac-Man).


  • Le virus fait fuir les gens

Si vous êtes un bon gros associal, la compagnie des gens vous fait fuir. Vous aimez avoir une place seul dans le bus ou dans le train, vous n'aimez pas qu'on vous interpelle dans la rue en vous demandant "hé couzin t a pa une clope lolol" ou encore "oui, m'voyez, c'est pour la bonne cause... 50€ à l'UNICEF sauvera facilement un bon millier d'enfants. On leur refile des jouets comme ça ils arrêtent de jouer avec les mines - et au pire on récupère leurs reins pour les transplanter sur des ânes et relancer l'économie de l'agriculture !". Grâce aux virus, tout ça est fini ! Vous n'aurez plus à lancer d'excuses vaseuses pour éviter les gens, ce sont eux qui vous éviterons ! Et s'ils ne comprennent pas, crachouillez leur un peu dessus, ça devrait vite leur faire changer d'avis.


  • Le virus ne vous déçoit pas

Le virus est contre HADOPI. Il ne fait pas élire son fils à la présidence de l'EPAD. Il ne paye pas des sommes mirobolantes pour un site internet pourri (au hasard... Désirs d'avenir ?). D'ailleurs, il se fout de la politique, des médias, des idiots comme des génies, du net, de votre record de gobage de flamby et de vos prouesses lyriques sous la douche. En fait, son seul but est de vous manger les entrailles. Et rien que pour ces raisons, il mérite une médaille ou deux.

Voilà qui concluera cette petit rétrospéctive sur la mauvaise image des virus. Faites partie de ceux qui veulent redorer leur blason ! Décrivez les comme mignons, tendres, attentionnés, et carrément plus badass que tous ces foutus anticorps blancs et lisses. La mode est aux anti-héros vous savez.

Publié dans Foutoir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article